Compte rendu du match RCA 23 SUD vs ASPO BRIVE du 24 novembre 2019

Nouvelle Victoire du RCA 23 Sud

Après la déconvenue du déplacement à Seilhac, les augures locaux prédisaient une raclée face aux Brivistes et leur armada de joueurs issus des iles du Pacifique ; mais c’est mal connaître les Sud Creusois et leur pugnacité. De fait les visiteurs brivistes, même s’ils ont parfois été dangereux, ne seront jamais en mesure de l’emporter.

Les locaux, au contraire du déplacement à Seilhac, ne vont pas rater leur entame de match. Dominateurs en touche, conquérants dans les rucks, ils vont contraindre les Brivistes à jouer durant 20 minutes dans leurs 22 mètres, sans concrétiser autrement qu’une pénalité de M. Rondier (3-0). Passée le milieu de la première mi-temps, les visiteurs vont desserrer la pression et en profiter pour inscrire un essai en coin qui ne sera pas transformé, mais suffisant pour que les Corréziens passent devant (3-5). Cet avantage sera rapidement gommé sur pénalité par M. Rondier (6-5), avant que Maxime Deluchey inscrive un essai, en mode « la Bûche », que M. Rondier transforme (13-6 ).

Les visiteurs tentent au début de la seconde période de refaire leur retard, mais ils vont se heurter à la défense de fer des Sud Creusois qui en profitent pour récupérer de nombreux ballons. La mêlée des locaux va prendre l’avantage sur sa rivale. Les blessures (sans gravité) de Alex Jardy et Clément Farin vont entrainer une réorganisation de l’équipe et mettre à mal la stratégie de Marc Deveze. Les visiteurs par 2 pénalités vont recoller au score (13-11) mais Juju Vaisset va mettre fin au suspens, en inscrivant un ultime essai scellant le score définitif (18-11). Cette rencontre montre une nouvelle fois la difficulté que les Sud Creusois éprouvent à terminer leurs actions et à concrétiser leur domination. Un des acteurs déclarait « On ne sait pas conclure nos occasions ; nous aurions du jouer plus devant et renvoyer le jeu chez eux ». Le Président Galvaing insiste lui sur la partie
réalisée par l’ensemble de l’équipe et met l’accent sur la performance des « gros et de la troisième ligne ».